Minage et Deminage

Après plusieurs tentatives de formation d’un CEP croupion fonctionnant sous coupe réglée, l’Exécutif actuel, avec l’aide de ses complices, continue sa stratégie de minage du processus électoral en facilitant  la participation  d’agents exécutifs intérimaires, de fonctionnaires publics aux élections régionales et locales et celle d’une cinquantaine de personnalités loufoques aux présidentielles. Cela participe d’une désacralisation et banalisation des hautes fonctions de l’Etat en particulier de la Présidence de la République.

Cette banalisation a commencé avec le gouvernement dictatorial et prédateur de monsieur Duvalier fils, s’est accentuée avec celui de monsieur Préval et s’est poursuivie et cristallisée avec celui de monsieur Martelly. Aujourd’hui, malgré leur impréparation et leur grande limitation, beaucoup croit pouvoir occuper les hautes fonctions de l’Etat et cela, au détriment même des intérêts fondamentaux du pays.

Des 70 candidats à la Présidence qui se sont présentés au CEP actuel, une quinzaine est directement liée au pouvoir Martelly et environ une quarantaine est indirectement liée à ce même pouvoir. Ce dernier attend le moment propice pour réitérer une mascarade type « accord d’el rancho » sous prétexte de démocratie et de recherche de consensus avec une « majorité » factice et fabriquée parmi ces prétendants à la magistrature de l’Etat. Ainsi, une grande partie de la population n’y verra que du feu, c'est-à-dire qu’elle sera une nouvelle fois trompée par ceux-là même qui lui devraient vérité et protection.

Ce désordre s’est renforcé, il faut aussi le préciser, avec les faux amendements constitutionnels concoctés par le gouvernement de monsieur René Préval, actuel complice de monsieur Michel Martelly dans le maintien du statuquo et de la gabegie administrative traditionnelle qui se poursuit allègrement avec le pouvoir actuel qui y voit ses propres intérêts et non ceux de la nation.

L’Exécutif Martelly-Paul , après le rejet de la candidature de l’épouse et complice du Président, madame Sophia Martelly , avance dans la provocation en présentant sous toutes sortes de labels des candidats dont les gestions ne sont sanctionnées d’aucune « décharge » dûment et légalement délivrée et ne bénéficiant non plus d’aucune preuve de n’avoir jamais renoncé à leur nationalité haïtienne si toutefois ils en détenait une.

Ce sont les soubresauts de la bête blessée et traquée qui peut encore mordre et faire très mal…

Comme nous l’avions déjà dit à maintes reprises et nous le maintenons : aucune élection sérieuse n’est possible avec ce gouvernement en place. Ils ne tarderont pas à augmenter la vanne de l’insécurité avec l’aide des évadés « légaux » et « illégaux » (souffrez les oxymores du texte) et commanditeront ainsi un désordre imprescriptible et une instabilité propices à toutes sortes de coup fourré électoral qui leur permettraient de se reproduire à la tête de l’Etat malgré leur échec patent dans la gestion du pays.

Seul un pouvoir de transition honnête, compétent et crédible est capable de recréer la confiance afin de nous épargner un tel fiasco. Il devra établir un climat et environnement propices à la réalisation d’élections libres , démocratiques et inclusives pour la mise en œuvre d’une véritable relance de la machine de production de richesses, une répartition sociale équitable de ces richesses, un renforcement et une stabilité institutionnels politiques et un remembrement de notre espace géographique au profit de tous pour les années à venir.

Port-au-Prince, le 22 mai 2015

Dr Dunois Erick CANTAVE

Related items